Naruto Chikara

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sacha Miyuku, the Deadly Eyes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sacha Miyuku
Chef de Meiun |Deadly Eyes|


Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2009

Fiche du Shinobi
Rang : :
Missions effectuées ::

MessageSujet: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Lun 2 Mar - 18:32

I/Hors-RPG
Prénom: Saskia
Âge: 15
Loisirs : Graphisme, dessin, tennis, RP, Jeux-Vidéos X3, lire, écrire
Centres d'intérêts : Graphisme, Dessin, RP

II/Votre personnage
I/Identité
Nom: Miyuku
Prénom: Sacha (je sais c'pas japonnais mais c'est MOI qui ai écrit les règles, d'accord? è_é)
Âge: 16 ans
Village désiré: Chef de Meiun
Affinités: Doton et Raiton, mais grâce à Gobi, lorsqu'elle uni son chakra avec le sien, tous.
Famille: Le clan Le clan Miyuku est un ancien et très puissant clan de Suna. En effet, le clan a été créer exactement en même temps que le village de Suna fût bâti, ainsi, le clan se formait peu à peu en même temps que Suna se faisait construire, pierre par pierre. On ne se souvient plus qui, ni comment, mais ce clan eut un fondateur, qui déjà dicta les règles actuelles. Des règles strictes, mais obligatoires.
De plus en plus, les Miyuku gagnèrent en puissance et en importance à l’intérieur de Suna. Réputés pour leur puissance mais aussi pour leur sérieux, ils étaient craints pas beaucoup de gens, sachant que tout Miyuku n’hésiterait pas à tuer n’importe qui. L’œil de la mort ne fit pas améliorer les choses.
Cet œil si spécial a un nom qui lui a été donné par une tiers qui avait vu la froideur et la dureté de l’œil. Cet œil était d’un noir sans fin, profond, tel la mort. Aucune reflet, rien, juste le noir, le néant. C’est ainsi que cet œil prit le nom d’œil de la mort, soit shigan.
Plusieurs années plus tard, une jeune femme du nom de Sacha Miyuku créa un drame dans ce clan si stricte, tuant une bonne partie du clan, dont le chef, devenant ainsi, selon les lois, chef elle-même. Elle disparu alors du le clan, et la haine des Miyuku se tourna vers elle, mais ils devaient la retrouver, que ce soit pour avoir un chef, ou que le chef apparent la tue, pour ainsi devenir le véritable chef…

Sa famille: Étant donné que Sacha a pour famille tout son clan, ils setait dur de décrire un par un tous les membres de son clan. De plus, tous les êtres lui étant proches appartenant à sa famille étant morts, il y a peu de sens à commencer à décrire ce peu de personnes. C'est pourquoi, nous passerons le mot "famille" sou silence et préférerons dire que les hommes et les femmes appartenant à son organisation ainsi que le peu de ses véritables amis sont sa nouvelle famille.

II/Physique (je fais tout en un, je préfère)
[/b]Sacha, bien que pas son jeune âge, a déjà un corps de jeune femme. En effet, dans le monde de ninja, Sacha pourrait être qualifiée de "femme fatale". En effet, non seulement elle est très belle, voir sexy, mais elle est intelligente, vois sournoise et d’une très grande agilité.
Sacha a les yeux d’un vert, virant doucement sur le bleu, une sorte de turquoise. Grands, ils semblent innocents et lui donnent un air plus gentil que ce qu’ils devraient. Parfois, une lueur de sadisme ou de malice s’allument au fond d’eux, en disant long sur son caractère et ses envies. La plupart du temps, elle a un regard froid, presque glacial, et déterminé. Elle n’exprime jamais ses sentiments, même si on dit que les yeux sont les portes de l’âme, car elle a apprit à maîtriser ses sentiments et à ne pas en faire part. Lorsqu’elle active son Shigan, a trois reflets, ses yeux inspirent la plupart du temps la terreur. D’un noir sans fin, il fait en général penser à la mort, et combiné à un Genjutsu, Sacha intensifie cette impression.
La jeune fille a un visage doux et comme taillé dans la pierre d’une main de maître. Sa peau est très douce, dû à sa nature de femme. Son nez est aquilin et légèrement retroussé, quand à ses lèvres, elles sont fines et ont l’air douce, mais la dureté des mots qui en sortent les rendes moins attrayantes, en un seul coup… Son visage est plutôt rond et dégage une certaine innocence qui contraste avec son statut.
Les cheveux de la jeune femme sont extrêmement longs, lui arrivant à peu près aux genoux, c’est pourquoi, souvent, elle les garde attachés, mais la plupart du temps, elle les garde détachés. Lorsqu’elle les attache, des cheveux rebelles pendouillent de son chignon et tombent sur son visage, lui donnant un air plus innocent et doux que jamais. Elle s’occupe beaucoup de ses cheveux, qui sont d’un blond assez clair, car elle déteste avoir les cheveux sales, et adore les avoir lisses et soyeux. Ainsi, ses cheveux sont doux.
Pour son âge, Sacha est d’une assez grande taille, dépassant souvent les hommes de même taille qu’elle. Mais que cela rassure les hommes : elle ne grandira plus. Ayant déjà atteint sa taille de femme, elle n’aura plus des soucis de grandeur, ce qui est peut-être dommage pour elle, qui aime bien être plus grande pour avoir un peu de supériorité (de ce côté-là, sinon, elle est toujours supérieur) sur les autres. Certaines personnes auraient pu être complexés d’être aussi grandes, mais essayez seulement de la traiter de perche, vous verrez ce qu’il vous attend en retour…
La jeune femme, comme déjà dit plus haut, a réellement un corps de jeune femme. Ses hanches amples et sa taille fine accentuent cet impression de féminité. Faisant régulièrement de l’exercice et ayant une force physique incroyable, Sacha est une fille très musclée, ayant de puissants abdominaux, qui sont cachés sous un ventre plat, et des fesses musclées. Ces quelques éléments la rendent que plus belle, même sexy, et attire en général l’œil des hommes, tout comme sa poitrine ample et très avantageuse. Cette dernière est probablement l’endroit où viennent le plus se nicher les yeux des hommes, mais il vaudrait mieux pour eux qu’elle ne le remarque pas (ce qui n’arrive pas souvent) car sinon ils passeront un très mauvais quart d’heure.
Sacha a trois tatouages, chacun se trouvant dans son dos. Le premier est le dicton du clan "Les sentiments n’existent pas". Le deuxième est l’emblème du clan : un papillon, un Yin Yang sur chaque aile et des tâches de sang. Ces deux sont dans le bas de son dos et ont été faites avec la technique Itami Nuki lorsqu’elle avait 6 ans. Le dernier tatouage est un tatouage qui a été fait de manière traditionnelle. C’est une simple phrase "Post tenebras lux", ce qui signifie "Après les ténèbres, la lumière". Une phrase importante pour Sacha, qui depuis peu à décidé de changer de vie.
Sacha étant une fille, elle prend garde à son esthétique, et porte des habits mettant en valeur sa beauté féminine naturelle. Ainsi, elle aura plutôt tendance à porter des mini-short, des jupes courtes, des décolletés et autres choses du genre. Parfois, elle porte des kimonos, mais d’une manière peu traditionnel, pour accentuer la provocation et sa beauté à la fois.


III/Mental (idem)
[/b] Sacha est une femme, et comme tout femme, on pourrait la qualifier de compliquée. Mais aussi, elle peut avoir parfois un esprit relativement tordu.
En effet, la jeune femme préfère suivre ce qu’on lui a dit depuis toute petite : ne pas montrer ses sentiments et être une personne qui peut tuer de sang froid. On ne lui demande pas de réfléchir, juste de tuer. Et pourtant, elle réfléchit. Ses pensées sont plus rapides que la plupart des gens sur terre, calculant en quelques secondes chacune des réactions, observant les mouvements. Ses yeux, ses oreilles, tous ses sens sont en éveil, étudiant l’environnement l’entourant, les personnes présentes. Chaque bruit, chaque chose qu’elle voit, elle l’analyse rapidement pour tirer un avantage d’une façon ou d’une autre. Si elle ne peut pas tirer d’avantage de ça, elle préférera utiliser les mots que les attaques, sachant qu’elle peut très bien déstabiliser quelqu’un par ses mots ou certains de ses gestes.
On pourrait également la qualifier de sournoise, car elle n’hésitera pas à mentir et à faire des choses contre les gens, si toute fois cela lui apporterait quelque chose. Particulièrement arrogante et moqueuse, elle n’hésite pas à montrer cette arrogance, même à quelqu’un de force égale ou supérieur à elle-même. Bien évidemment, elle réfléchit à chaque mot employé, ne divulguant jamais entièrement ce qu’elle pense ou ses projets. La discrétion est son deuxième nom.
Aussi, est-elle la femme la plus informée du monde ninja. Ayant une approche facile des gens, elle sait comment les tourner à son avantage, car elle connaît l’hypocrisie et la soif de pouvoir dominant chez l’homme, et aussi, les pires envies. Bien évidemment, jamais elle ne vendrait son corps pour des informations, mais ses informateurs reçoivent quelque chose en échange de leurs informations, que ce soit argent, pouvoir ou une aide futur., Par contre, ils savent aussi que s’il la trahissent, ils risqueraient de tout perdre, car étant dans un cercle tenu par Sacha, si elle décide de tout détruire, elle n’aura qu’à claquer des doigts. C’est pourquoi, elle a des informateurs partout et qu’elle sait souvent tout ce qu’il se passe.
Pourtant, cette arrogance et cette méchanceté peut être vue comme une simple carapace, toute fois lorsqu’elle est face à ses proches. En effet, face à des personnes qu’elle aime, ne souhaitant pas montrer ses sentiments, elle tente tant bien que mal de montrer son trouble ou son amour, essayant de les cacher sous une maladroite arrogance, qui lui va pourtant si bien, et une méchanceté mal placée. Sûrement trop fière pour montrer ce qu’elle ressent.
Malgré tout, il lui arrive de perdre tout ses moyens devant Sora Kijou, son ami d'enfance et son amour secret.
La jeune Miyuku est sûrement une des ninja les plus puissantes du monde ninja, peut-être parce qu’elle le vaut bien, mais aussi, cela est dû à sa fierté et à son acharnement au travail. Son père le lui a enseigné et elle continue à suivre certaines règles qu’il y a bien longtemps elle s’est imposée. Tentant toujours d’améliorer ses techniques, en créant d’autres dès qu’elle s’en sent le pouvoir, c’est ainsi que cela se passe. Aussi, il y a peu de temps encore, elle s’était promise de copier le sharingan et le byakugan lorsqu’elle aurait le shigan au niveau trois, mais une fois qu’elle l’eût obtenu, elle se promit de ne jamais le faire. En effet, ces techniques étaient très puissantes, et alliées à tout ce qu’elle avait déjà, cela faisait trop de pouvoir et pour elle, ce ne serait plus amusant.
En parlant d’amusement. Effectivement, Sacha adore jouer, que ce soit avec les nerfs des autres, ou avec leur esprit. Que ce soit pour les énerver, ou les torturer. Pour elle, jouer est déjà une excellent excuse pour aller voir quelqu’un. L’amusement, bien avant le pouvoir, est son but.
Un autre de ses buts, est de voler haut dans le ciel, ne plus être clouée à terre par des chaînes et être une bête sauvage. Son but, est de libérer ainsi tous les enfants, qu’ils soient plus jeunes ou même plus âgés, elle souhaite changer leur destin et leur rendre libre des choix. En effet, elle pense que les Nuke Nin sont libres de leur choix, et c’est pourquoi elle laisse une assez grande liberté aux membres de son organisations. En effet, tous ont un but personnel, et elle ne souhaite pas les entraver dans le destin qu’ils ont choisis.


Dernière édition par Sacha Miyuku le Dim 8 Mar - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Miyuku
Chef de Meiun |Deadly Eyes|


Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2009

Fiche du Shinobi
Rang : :
Missions effectuées ::

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 21:26

IV/Histoire:
Histoire Nous sommes en hiver, comme d'habitude dans se monde, il n'y a pas un jour où il n'y a pas du sang qui coule, et cette dure nuit d'hiver était pareille à toutes les autres: le sang coula. Mais il coula a flot cette fois-ci. En effet, on exécutait 3 membres du clan et une mère accoucha de son enfant, puis en mourut. La mort planait dans les rues, on sentait le sang, odeur âcre de la mort. C'est dans un monde de sang qu'elle naquit, c'est dans un monde de sang qu'elle vivra, cela n'allait pas réellement changer grand chose. Malgré tout, cette dure, froide et sombre nuit de plus d'hiver vit naquirent un enfant, peut-être cet enfant n'aurait jamais du naître. Quand il doit naître dans le sang et la mort, un enfant ne devrait pas naître, mais ô combien d’enfants sont nés sous l’étoile noire de la faucheuse ? Mais malgré tout, cet enfant, il était né, en tuant sa mère,en faisant couler du sang dès sa naissance, restant seul avec son père. Ce dernier devrait s'occuper d'un nourrisson, ce qu’un homme ne sait point faire, et lui qui rêvait d'avoir un garçon, reçu une fille. Et comme un homme manque toujours d'inspiration, et que celui-là en particulier n’en avait pas, il appela cette jeune fille Amaya et lui donna un deuxième nom, celui de Yuki. Pas très original pour une fille née une nuit de pluie et où la neige recouvrait entièrement le sol, surtout lorsqu'on sait que Amaya signifie nuit de pluie et Yuki signifie neige. En tout cas, la jeune fille serait l'unique chose qu'on avait pu tirer de la relation entre Anku Miyuku et Ishida Miyuku. La seule chose potable pour le clan, la seule chose qui servirait à quelque chose, mais ce n’était pas un garçon. C’était une femme, elle serait faible, c’était comme ça, la nature ne donnait pas. Et pourtant, les étoiles disaient le contraire, et ô combien ils avaient tord, de penser que ce nourrisson, serait faible et simplement coquet…

Un an plus tard. Tant de choses étaient arrivés ! Ishida, peinant à s’occuper d’un nourrisson seul, décida de rapidement se remarier avec Feya, une autre de ses cousines. Cette dernière s’occupa très bien d’Amaya, mais rapidement, elle s’était fait engrosser par Ishida qui voulait le plus rapidement possible avoir un garçon avec elle. Durant le fil des 9 mois, Feya expliquait à la petite Amy, pourquoi son ventre grossissait tellement. La fillette, apprenant que sa belle mère était enceinte, se demanda quel nom aurait le bébé. Après de longues interrogations, la petite Amaya avait déjà trouvé le nom au futur garçon, car elle en était sûr : ce serait un garçon, mais un garçon spécial. N’avait-elle pas raison ? Enfin, cela se passa bien plus tard, avant cela, la très jeune fille alla vers sa belle-mère, qui était bien plus grosse qu’elle ne l’était auparavant. La jeune fille, avec les mots simples qu’elle connaissait, demanda à sa nouvelle mère comment elle comptait nommer l’enfant. Feya n’en savait rien, et demanda à Amy si elle avait une idée. La jeune fille, très déterminée, lui répondit avec un gros sourire : « Daisuke, il s’appellera Daisuke ! »
Feya, souriait à son tour, mais lui demanda quel serait le nom à l’enfant si c’était une fille, ce à quoi lui rétorquera l’enfant, que ce serait sûrement un garçon, rien d’autre et un garçon un peu spécial. Es-ce que Feya aurait dû être fière de ce qu’avait dit Amaya ou aurait-elle dû se méfier d’une façon ou d’une autre ?En effet, deux mois plus tard, elle accoucha d’un petit garçon, dans la douleur et la joie. Malheur, pourtant, car ce petit garçon, jamais ne deviendrait ninja. En effet, plus que spécial, il avait une maladie, encore inconnue en ces temps, lui donnant une constitution très faible. Se protéger de tout, de touts la bactéries, toutes les maladies, ce serait ça, sa vie. Une injustice parmi tant d’autre dans ce monde, mais Amy savait, elle savait qu’elle devrait protéger son petit frère, de tout et tout le monde. Elle se promit, à sa façon, de protéger son petit frère, toujours, tout le temps. Jamais elle ne l’abandonnerait, jamais elle ne le laisserait, tel était son nindo… à l’époque…

Deux ans. Deux années depuis sa naissance s’étaient écoulées, deux années de sa vie. Amaya avait apprit, grâce à son père, à marcher et parler. Parler, un bien grand mot lorsqu’on a deux mots, et pourtant, pour certains, on qualifierait cela de miracle, d’autre de tyrannie de la part d’Ishida, mais pour Ishida, qui l’entraînait durement à parler, lui apprenant chaque jour une dizaine de mots, l’obligeant à continuer de les prononcer, jusqu’à prononciation parfaite, jusqu’à ce qu’elle se souvienne de ses significations, en quoi il serait utile, ce que c’était, ce n’était rien. Non, pour lui, cet entraînement semblait facile, mais cet entraînement intellectuel fatiguait Amaya, lui donnant des maux de tête. Chaque jour, les mots devenaient plus longs, plus difficiles, toujours plus difficile. Mais pour elle, ce n’était rien. Elle ne faisait que penser à son petit frère. Es-ce qu’il allait bien ?Es-ce qu’il restait bien dans sa chambre ? Avait-.il attrapé froid ? Es-ce que Feya s’en occupait bien ? Était-il couvert ?Tant de questions, sans réelle réponse, seul la fin de l’entraînement lui donnerait la réponse, seul le prendre dans ses bras et rester près de lui, lui dira la vérité. Alors, elle s’efforçait à travailler, son langage, et rapidement, elle comprit ce que son père voulait d’elle. Vu que Daisuke était faible, il voulait au moins une progéniture dans laquelle il pouvait voir du potentiel, dont il pouvait être fier. Son seul fils ne pouvant pas l’être, il choisit de se rabattre sur sa fille. Cela aurait certainement vexé n’importe qui, être une porte de secours, juste être la cinquième roue du carrosse, mais Sacha n’avait pas réellement envie d’y penser, et dans son monde, c’était ainsi…
Quoiqu’il en était, elle avait aussi rapidement comprit quel était l’importance des mots : ils pouvaient être plus tranchant qu’une lame, plus doux qu’une caresse ou plus flatteur qu’un geste. Oui, les mots avaient un énorme pouvoir sur les gens, et ainsi, elle pourrait déstabiliser ses adversaires, ou au contraire, les flatter pour pouvoir s’accorder leur faveur. Ainsi, elle exerça cette nouvelle « technique » sur les enfants du villages, extérieurs au clan Miyuku, qui osaient insulter son petit frère. Oui, les nouvelles en Tsuki, vont très vite, surtout en ce qui concerne le clan Miyuku. Enfin, la plupart avaient vers les 6 ans, alors voir une petit fille de 4 ans plus jeune qu’eux, cela ne leur faisait pas peur, mais par la suite, ils rentraient en pleurant chez eux. Ishida, lui, avaient enfin comprit le potentiel de son enfant, qui avait une capacité de travail et d’apprentissage incroyable. C’est pourquoi, très rapidement, à 3 ans, Ishida se mit à entraîner sa fille, pour qu’elle soit la plus puissante des Miyuku. Peut-être, dans le fond, voulait-il se protéger du péché commit ?

Trois années, trois maigres année, et déjà le plus dur arrivait à grand pas. Des entraînements, quotidiens. Une douleur, permanente. Mais malgré qu’elle ne pouvait parfois même plus se tenir debout, elle continuait, à sourire, à se montrer forte. Elle le devait, pour son frère, pour son père, pour la famille, le clan. Oui, elle devait être forte, ou mourir, d’épuisement. C’est peut-être cette détermination qui la gardait en vie, non ? Personne ne savait, mais le courage dont elle faisait preuve surprenait les villageois et en faisait la fierté du clan. Le chef du clan, lui-même, se mit à donner des entraînements à la très jeune Sacha, alors que son père la surveillait. Ses coups n’était pas encore très forts, mais elle savait tenir une arme, et s’entraînait, dur. Elle arrivait quelque peu à maîtriser son chakra, mais sans plus. Plus les semaines passaient, plus elle améliora ses coups, mais plus elle avait de blessures. Elle avait beau les cacher sous des kimonos, on pouvait parfois voir un bandage. Mais on faisait comme si on avait rien vu, sauf un : Daisuke. Ce dernier s’inquiétait de plus en plus pour sa sœur, qui parfois, grimaçait de douleur. Lorsqu’il lui donnait des câlins par exemple. Alors, un jour, le jeune garçon fragile vint dans la chambre à sa sœur, et la regarda, mettre ses bandages. Amaya le vit, et lui cria de sortir. La première fois qu’elle hurlait sur son frère, et elle s’en voulu, énormément par la suite. Mais le petit alla rapidement vers son père, pour crier des choses incompréhensibles dans son langage d’un encore petit enfant. Ishida le fit taire, d’une gifle. Amaya, ayant aperçu la scène, fonça sur son père pour lui donner un coup de pieds, dans le visage. Bien évidemment, ce dernier arrêta son coup, et après avoir fait sortir Daisuke de la chambre, lui donna une correction qu’elle n’était pas prête d’oublier, vu qu’elle ne put plus se lever durant plus d’une semaine. Mais, c’est là qu’Amy avait fait son erreur : elle avait montré sa plus grande faiblesse à son père. Ce n’était pas forcément une erreur dans les familles normales, mais je vous rappelle que l’on parle des Miyuku. Maintenant, Ishida avait une manière de faire pression sur sa fille, l’obligeant ainsi à la faire s’entraîner plus dur, toujours. Faire des nuits blanches, s’entraîner jusqu’à tard la nuit. Oui, son père la tenait sous pression, car il voulait faire une première : inscrire sa fille à 4 ans dans l’académie de Ninja et la faire devenir gennin à 6 ans, alors que la plupart des enfants en sortaient seulement vers les 13 ans et y entraient à leurs 6 ans. C’est pourquoi, il lui apprit les bases des ninjutsus et taijutsus. Et c’est ainsi, qu’à ses 4 ans…

Ah non ! Il ne faut pas passer des étapes ! Revoyons d’abord avant qu’elle entre à l’académie, à ses 4 ans passés. Non, avant cela, alors que Sacha s’entraîne, Daisuke se rend un peu compte de son erreur. En effet, chaque soir, Amaya est trop fatiguée et ne peut pas jouer avec lui, et les matins, elle part trop tôt pour qu’elle vienne le réveiller, en faisant une tonne de bisous. Daisuke voit que sa sœur, peut à peut, se referme encore plus sur elle-même. Elle n’essaie pas d’avoir d’amis dans le clan, elle ne veut pas parler avec son père, ni avec sa belle-mère, et ne parle qu’avec lui, son petit frère. Alors, le petit décida d’agir et ce, le jour des 4 ans de sa sœur. Le plan était simple : obliger Feya à convaincre Ishida de laisser, comme cadeau d’anniversaire, Amaya libre durant 3 jours. Daisuke, étant un garçon très mignon, arriva facilement à convaincre sa mère, qui savait comment convaincre Ishida, avec certaines combines, enfin… Vous savez de quoi nous parlons ici…
Enfin, une fois avoir réussi à convaincre son père, Daisuke avait tout préparé : le matin des 4 ans, un petit déjeuner dans le lit, avec des câlins et de bisous, ensuite lui offrir tous les cadeaux qu’il avait obligé (avec son beau sourire) toutes les femmes du clan Miyuku à acheter, et aussi les quelques garçons qui n’avaient su résister au charme de la petite Amaya, sans oublier son fiancé. Ensuite, trois jour à passer avec quelques enfants du clan. Voilà, cela allait être parfait, et cela l’avait été ! En effet, Amaya fût éblouie par toutes les belles robes qui lui furent offertes, mais la plupart étaient trop grandes, prévues pour qu’elle les porte plus tard, mais cela n’était pas très grave : elle allait porter ces magnifiques choses plus tard. Et aussi, les deux journée suivantes, elle ne fit que s’amuser. Revitalisée après ce court répit, elle reprit l’entraînement de plus belle, et lorsqu’elle alla à l’Académie avec son père, montrant sa force au Chunnin qui serait responsable d’elle, elle se fit rapidement prendre à l’académie, pour se perfectionner. Elle était fière, mais aussi la fierté du clan et de son petit frère, qui regardait en haut vers sa sœur, qui était devenu un petit papillon, qui voletait doucement, comme jamais il ne pourrait le faire.
Maintenant, elle apprenait le jour à l’académie, et son père lui apprenait le reste à la maison, jusqu’à tard la nuit. La journée, elle avait de la peine à suivre, mais faisait de son mieux, surtout qu’un jour, elle s’était endormie à l’académie, et son sensei était allé voir son père, Ishida. C’était grave, car elle se reçu la correction de sa vie, mais devait continuer à aller à l’académie et s’entraîner durement. Alors, elle redoublait d’effort, et le soir, très tard, allant se coucher, elle sourit en voyant les drapés de soie, dans son armoire, pensant que plus tard, elle les porterait, peut-être…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Miyuku
Chef de Meiun |Deadly Eyes|


Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2009

Fiche du Shinobi
Rang : :
Missions effectuées ::

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 21:45


Ainsi arrivèrent ses 5 ans. Puis ses 6 ans. Son année de 5 ans était remplis de perfectionnement et d’entraînements, et peu à peu, son père l’initiait aux techniques de clans, ainsi qu’à l’œil de la mort, puis au genjutsu. Les entraînement ne lâchaient pas, les travaux à l’académie devenaient de plus en plus dur, mais la fillette tenait bon, continuant à s’occuper de son plus jeune frère.
Alors arriva ses 6 ans, fabuleux jours, mais déjà funeste. Alors qu’elle venait de sortir de l’académie, réussissant brillamment à devenir gennin, le clan prit une décision : avancer la date du Itami Nuiki pour Amy. Ainsi, elle n’aurait pas à subir cette épreuve à ses 10 ans, mais à ses 6 ans. Une véritable épreuve, en effet, surtout lorsqu’on sait qu’Ishida continuait à entraîner Amaya jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de force, plus de chakra. Sachant que ces tatouages demandaient toujours d’être alimentés en chakra, à chaque instant et qu’une immense souffrance allait s’emparer de tous son corps lorsqu’elle terminerait cet entraînement. Alors, avoir plus de chakra devenait son but, ainsi, peut-être n’aurait-elle plus mal ? Mais plus elle avait de chakra, ceci en méditant et en se concentrant tous les jours, plus son père la faisait s’entraîner longtemps et durement. Ainsi, à chaque fois, elle souffrait, la nuit entière. Enfin, revenons à ce jour fatidique, lorsqu’elle avait 6 ans. Elle était passée depuis peu Gennin, un petit exploit chez les Miyuku, et le chef de clan était de plus en plus émerveillé par le potentiel d’Amaya. Alors, il voulu tester la fillette, voir comment elle réagirait, à cet sorte de châtiment. Normalement, les enfants criaient lorsqu’on leur apposait le tatouage et ensuite ils ne voulaient plus voir aucune personne du clan puis, ils se calmaient. Alors, il lui fit applique les tatouage dans le dos, l’endroit le plus douloureux, près de la colonne vertébrale. Il attendait les cris de la petite fille, pour pouvoir les savourer et s’assurer qu’elle n’était pas aussi forte qu’elle en avait l’air.
Son père, avant cette torture, avait prévenu la jeune Amaya : cette « opération » allait faire très mal, et le chef n’attendrait que de la voir hurler pour lui sourire sadiquement. La petite fille avait comprit, ce jour-là, que l’attention que lui portaient les autres du clan, n’étaient que pure convoitise, et qu’ils ne désiraient qu’une chose : la voir tomber, de haut. Son père, lui, était différent. Il l’entraînait, comme un tyran, certes, mais pour son bien. Peut-être aussi pour le sien, mais cela, vient plus tard, bien plus tard. Alors, arrivant dans la salle de torture (qui n’était en fait qu’une simple chambre avec un lit au milieu) , elle lança simplement un sourire au chef du clan, qui le lui rendit. Dans sa tête, Amy pensait que cet homme n’était qu’un hypocrite adepte du sadisme. Arriva alors la séance de torture. Amaya s’était préparé à tout, mentalement, mais la douleur fut si intense, qu’elle dut se mordre la langue. Oui, une douleur, énorme, sans pareil. Alors, Amy se mordit la langue, si fort, qu’elle se mit à saigner. Heureusement, son père lui avait épargné l’entraînement ce soir-là, car Amaya avait tellement mal qu’elle ne marchait pas normalement, mais elle était fière d’elle-même : elle n’avait pas crié. Tout de même, le chef du clan avait vu qu’Amy s’était mordue la langue et la regarda, avec un sourire, mélange entre la perversité et le sadisme. Qu’avait-il en tête ? Trop de choses malsaines, malheureusement…
Ainsi, chaque soir qui suivit, Amy dut souffrir en silence, seule, dans sa chambre. Parfois, Daisuke l’entendait pousser des gémissements de douleurs, alors, il alla la rejoindre, dans son lit, pour prendre soin d’elle. Cela avait un effet immédiat sur la petite fille, qui sous les câlins de son frère, s’endormit paisiblement, oubliant les douleurs dans son dos, qui semblaient la déchirer.

Et sept petites années. Voilà, c’était l‘âge de la fillette en pleine croissance. Les entraînements physiques, les missions. Tout s’enchaînait à un rythme presque effréné. La petite fille ne remarqua pas, qu’à chacun de ses entraînements, un étrange personnage vêtu de noir l’observait. Ce n’était pas son père, mais le chef du clan. Ceci, elle l’apprit bien plus tard, bien trop tard. Peut-être, au dernier souffle de cet ignoble monstre. Oui, car ce chef n’était pas un ange, même surnommé le démon à la voix d’ange, car ce dernier chantait d’une voix magnifique, voix qui souvent, annonçait la mort. Ses techniques de combat étaient basées sur le chant et le chakra expulsé par les cordes vocales. Techniques, qu’il enseignera alors à Amaya, mais ceci, quelques années plus tard.
Un beau jour, ou plutôt une nuit, alors qu’il était bien tard, la jeune fille se fit attaquer, par le même mystérieux homme noir. Bien que déjà bien assez fatiguée, elle le combattit et sans grande surprise, perdit. Son père, de loin, avait vu toute la scène et avait deviné que sous cet accoutrement d’habits sombres se trouvait le chef du clan. Ishida avait, depuis longtemps, remarqué l’intérêt que portait Kojiro, le chef du clan, pour sa fille et prenait, peu à peu conscience, que Kojiro ferait tout, pour qu’elle devienne son arme personnelle et son digne successeur. Ishida était prêt à tout pour empêcher ça, mais en premier lieu, il fallait rendre Amaya encore plus forte, lui attirer les faveurs du chef et ainsi, l’amener à lui apprendre ses techniques secrètes pour qu’elle puisse le tuer. Étais-ce pour sauver sa propre peau ? Ou celle de sa famille ? Personne ne le sait, ou le sera un jour, car ceci est un secret, qu’il a emmené jusqu’à la tombe.

Huit années et déjà la jeune fille était devenue chunnin. La plus jeune de son petit groupe, elle dut changer de groupe pour venir avec d’autre chunnin qui étaient en passe de devenir junnin, mais tellement peu motivés, que le village avait décidé que la jeune fille pourrait les remonter. Déjà bien imprégnée par le clan, Amaya semblait avoir perdu toute trace d’humanité. Chacun de ses gestes, de ses pensées et de ses mots étaient imprégnés des règles du clan. Ses sentiments semblaient éteints, ceci, que ce soit avec d’autres membres de son clan, Ishida ou Feya, qui semblait avoir de plus en plus peur d’elle. L’unique personne à qui elle montrait encore un peu de douceur était son demi-frère, Daisuke. Toujours attentif à elle et elle à lui, ils vivaient presque en symbiose. Mais Kojiro avait remarqué cette faiblesse qui la rendait humaine et décida, très tôt, d’agir, mais pas encore.
Les missions s’enchaînaient et Amaya traînait de plus en plus à l’extérieur avec son groupe qui ne l’appréciaient pas réellement, mais tentaient d’être gentils avec elle. Le sensei et les deux chunnin faisaient toujours face à un mur qui se transformait en un chat sauvage à chaque mission. Chat qui devenait rapidement incontrôlable lorsqu’on parlait de son petit frère en mal.
C’est vers la fin de sa huitième année de vie que son dit petit frère vint vers elle, effrayé. Amaya lui demanda ce qui n’alla pas et Daisuke répondit qu’il pressentait un grand malheur, comme si Ishida, Feya et lui allaient tous les trois bientôt mourir. Amy ne comprit pas vraiment ce que cela voulait dire, mais elle savait une chose : son frère savait. C’était comme elle, quand elle était encore petite : elle avait su que Feya attendait un garçon, alors qu’il n’y avait aucun moyen de savoir. Daisuke savait qu’il allait mourir avec ses parents, seulement, il ne savait pas quand.

Le jour même de ses neufs ans, Kojiro, le chef de clan, vint voir la encore petite Amaya. Avec elle, il voulait faire l’échange de Senyo, ce qu’Ishida accepta rapidement. Curieuse et ne souhaitant pas se laisser faire, Amy demanda tout de même à quoi cela servait. Le chef du clan n’hésita pas à lui faire une démonstration. Il la prit en mission et lui montra ses techniques époustouflantes. Chantant de sa plus belle voix et tuant de la manière la plus cruelle possible. Impressionnée et ayant une soif d’apprendre, la petite fille accepta rapidement de faire cet échange. Le rituel, qu’elle pensait être douloureux, était en réalité très doux. Il fallait simplement que Kojiro chante, de sa plus belle voix et qu’elle active son chakra tout en parlant. Alors, elle reçut ces précieuses cordes vocales. Dès lors, commença pour elle un entraînement bien plus rude qu’auparavant et ce, non pas avec son père, mais avec le chef du clan, qui était un personnage encore plus dur et qui prenait un plaisir malin à voir la jeune Amaya souffrir. Durant toute l’année, non seulement son dos la fit terriblement souffrir, mais aussi sa gorge et ses cordes vocales qui, agressés par cet entraînement si dur et si soudain, commençaient à s’enflammer. Ce n’est pas pour autant qu’elle abandonnerait l’entraînement ou les missions, malgré que ces soirées et ses nuits soient réduites à souffrir en silence et pleurer toutes les larmes de son corps alors que son petit frère tentait tant bien que mal de lui remonter le moral.
Jour après jour, elle devenait plus forte et les plans du terrible chef du clan approchaient peu à peu de leur but.

Dix années qu’Amaya était née. Enfin, elle fût promue junnin en même temps que le reste de son équipe, bien qu’elle soit la plus jeune. Les bruits courraient même, qu’elle pourrait être promue junnin spécial par le Kazekage. Elle était la fierté du clan et du village. La petite fille prodige qui avait une ascension fulgurante. Mais le drame n’était pas loin. Daisuke semblait avoir de plus en plus peur et Amaya, trop prise par ses entraînements avec Kojiro et Ishida et ses missions, ne prenait plus beaucoup soin de lui. Mais un jour, elle réalisa l’importance qu’avait Daisuke sur elle et réalisa qu’il était une arme; l’arme ultime contre elle.
En effet, elle rentrait d’une mission qui avait duré plus d’une semaine. Une semaine entière, épuisant et très dure psychologiquement, même pour elle. Les deux autres membres de son équipe étaient rentrés telle des poupées sans âmes, alors qu’elle tenait encore un peu debout, la seul pensée la gardant encore lucide était celle de revoir son petit frère, revoir son sourire, ses câlins…Arrivée devant la maison, elle entendit des bruits de bagarre et un cri : celui de son frère. Elle couru, rapidement, car jamais Amaya n’aurait toléré que quiconque ne touche à Daisuke, jamais. Une fois arrivée près de sa maison, elle vit trois Miyuku, entrain de frapper son frère. Ils lui criaient qu’il n’était que trop faible et que sans Amaya, il n’était rien. Dès qu’elle vit cette scène et entendit ces énormités, Amy vit rouge, et commença à combattre avec ces adultes. Oui, c’étaient des adultes, bien irresponsables, mais tous trois étaient réputés pour être les hommes les plus forts du clan, après Ishida et le chef. Ces hommes étaient des junnins spéciaux, depuis bien longtemps déjà. Il étaient bien plus fort qu’Amaya.
Désespérée, car déjà exténuée et ayant perdu d’avance, Amy commença à faiblir, de plus en plus. Ces hommes la narguèrent, frappant encore plus son frère, mais s’en était trop. Elle sentit son chakra s’accumuler et avait un sentiment bizarre. Elle savait que quelque chose avait changé, mais quoi ? Lorsque les trois hommes la fixèrent avec stupeur, la fillette comprit immédiatement : ils avaient peur d’elle. Tant mieux. Les trois Miyuku partirent, la queue entre le jambes, et Amy vit son père la regarder par la fenêtre la bouche ouverte. Il sortit rapidement, l’empaqueta par les bras et prit Daisuke doucement dans les bras. Ainsi, Ishida tira ses deux enfants dans la maison. Il ferma la porte à double tour et regarda derrière la fenêtre, une ultime fois, comme s’ils étaient surveillés, ce qu’ils étaient perpétuellement. En tirant les rideaux, il se baissa vers ses deux enfants et les pris dans les bras.
Ce soudain adoucissement surpris Amy, qui se calma. Rapidement, son père explique à sa fille et à son fils qu’Amaya, en plus d’avoir les Senyos, elle avait obtenu, grâce à son chakra, sa force et ses gènes, les précieux yeux du clan : les Shigan. Ishida et Kojiro les avaient, mais rares étaient les autres du clan à les avoir. Seth, la fiancé d'Amaya, les avait ainsi que Feya et très probablement Daisuke. Amy devait rapidement apprendre à s’en servir, pas pour être plus forte, mais pour se protéger. Car les enclencher comme elle l’avait fait auparavant était dangereux, car ces yeux étaient très convoitées, par tout le monde, même au sein du clan.
Dès lors, les entraînements reprirent vraiment de plus belle. A présent, non seulement ses cordes vocales étaient enflammées, mais la nuit, des larmes noirs sortaient des yeux devenus noirs, avec une seul lueur…

Onze ans. Onze petites années. La jeune junnin était déjà considérée comme élément favorable au village. Mais elle n’avait pas le choix et c’est ce dont elle s’aperçut. Son destin, il était déjà tout tracé. Elle ne pouvait pas décider pour elle-même, ce seraient toujours les autres qui le feraient à sa place. Amaya n’était que l’objet des autres, elle n’avait pas de liberté, pas le droit à des envies, rien. Elle était une machine. C’était, pour elle, une énorme prise de conscience, et probablement la plus grande erreur de sa vie. Une erreur, qui tuera sa famille proche, les êtres, qui lui étaient chers.
Amaya commençait de plus en plus à traîner à l’extérieur du clan, à Suna, faisant la connaissance de plusieurs autres shinobis, liant des amitiés, qu’elle faisait croire fausse au clan, mais qui lui tenaient pourtant à cœur. Il y avait plusieurs shinobis de Suna qu’elle appréciait et avec qui elle avait formé un petit groupe, ainsi qu'un Shinobi de Konoha, venu à Suna pour mission : Mitsuhide Kijumi et Sora Kijou, pour ne citer qu’eux. Elle traînait avec eux, de plus, ils aimaient bien son frère. D’un côté, c’était bien, car elle pouvait rester avec ses amis et son frère en même temps.
Bien évidemment, le chef du clan et Ishida n’étaient pas dupes, et malgré les avertissements qu’elle reçut, elle continua à traîner avec ce groupe de gens. La sentence vint… un an plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Miyuku
Chef de Meiun |Deadly Eyes|


Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2009

Fiche du Shinobi
Rang : :
Missions effectuées ::

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 21:56


Le jour même de ses douze ans, un spectacle bien macabre attendait Amaya sur la place publique. En effet, Feya, Ishida y avaient étés amenés. D’abord, elle ne comprit pas pourquoi les trois membres du clan lui étant le plus cher étaient sur une sorte de scène, comme au théâtre, mais voyant la mine déconfite de son père, elle comprit rapidement : ils allaient être exécutés. Cherchant le chef du clan des yeux, elle tenta de le trouver et empêcher tout ça. Rapidement, elle le trouva, à côté de Feya. En un quart de seconde, un kunai sortit de sa manche et transperça Feya de hauts en bas, part en part, en deux parties. Daisuke hurlait à la mort et Amaya sauta sur Kojiro. Il l’évita très facilement, mais la petite fille n’était pas du genre à arrêter là. Cependant, d’autres membres du clan s’en mêlèrent, permettant au chef de tuer Ishida, mais en prenant son temps, cette fois-ci. Tout le monde savait, que depuis l’enfance, Ishida et son frère aîné Kojiro ne s’étaient jamais bien entendus.
Amaya avait réussi à se débarrasser des membres du clan qui la gênaient et maintenant, elle faisait barrage entre lui et Daisuke. Jamais, il ne le toucherait, c’est ce qu’elle pensait. Mais malgré ses efforts, malgré son corps comme bouclier, Kojiro réussi à tuer Daisuke, lui plantant un kunai en pleine tête.
La jeune fille hurla à mort et des dizaines de membres du clan durent la tenir, même lui mettre un bâillon et l’enchaîner, jusqu’à ce qu’elle se clame… sous les coups de fouet.
L’année qu’il en suivit, Amaya fût plongé dans un long et profond mutisme. Rompant tout contact avec les gens de son groupe, ne parlant plus que très peu, ce tuant dans le travail, le perfectionnement de ses techniques, les missions et les entraînements. Kojiro, lui, était fier de lui. Il croyait avoir son pantin, mais si seulement il avait sût, que derrière ce mutisme, le cerveau agile d’une fillette de douze ans c’était mis en marche, pour la pire des vengeances...

Il ne faut pas croire que Sacha avait passé toute sa treizième et quatorzième année de vie réellement seule. C’est vrai que, bien que sortie de son mutisme et continuant toutes ses activités, elle s’enfermait chaque jour dans la bibliothèque de son clan, pour en apprendre plus, sur le passé, le futur. Plus tard, d’ailleurs, elle reprendra la plupart de ses livres pour les emmener dans le repère de l’organisation du destin. Enfin, ceci vient plus tard. Plongé dans ces livres, pendant deux années. Elle étudia les être humains, les animaux, la géographie, l’histoire. Elle étudiait, enrichissait ses connaissances. Les anciennes tactiques de combats, les anciens styles, comment se comportaient les meneurs, l’histoire de son clan et les légendes. Les légendes et l’histoire de son clan l’intéressaient fortement. L'une des légendes était celle du cinquième élément. Cette légende plus qu’étrange parlait de cinq éléments qui seraient enfermés dans des humains et que le cinquième élément serait une personne luttant pour la liberté. La légende parlait de la légende des sept symboles et que ce serait les cinq éléments qui uniraient les sept symboles. D’après une déduction de la part à Sacha, les sept symboles et les cinq éléments devraient être unis pour créer une utopie, mais quels étaient ces mystérieux sept symboles? C'est alors qu'elle se promit de chercher les éléments, puis les symboles et créer, un monde meilleur.
Après s’être intéressée aux légendes, elle s’intéressa à l’histoire des Miyuku. Elle apprit que son clan avait eu, un jour, l’une de ses arrière-grand-mère comme chef et que cette femme était réputée pour avoir un bon cœur, mais elle n’en était pas pour autant faible. En effet, elle était l’unique personne à avoir réussi à dompter Salem, le roi des chats et des démons. Salem lui avait juré fidélité, à elle et à toutes les femmes de sa famille qui sauraient être aussi forte qu’elle l’avait été contre lui. Il lui conféra aussi le pouvoir d’adoucir n’importe quel félin qui n’avait pas un maître ultime et de les mettre à ses pieds. Un grand plus, pensa Amy.
C’est en apprenant cette histoire que la jeune femme partit pour Kame no Shima, l’île aux tortues, aux larges de Kiri. C’était sur cette île que se trouverait Salem, car c’est là qu’il avait été laissé par son précédent possesseur. Amy n’avait alors que quatorze ans, mais elle avait suffisamment de force pour battre ce démon, qu’elle croyait.
Une fois arrivée sur l’île aux tortues, elle se débrouilla seule pour arriver jusqu’au pied du volcan. Elle savait que le démon-chat se trouvait près de ce volcan, mais où ? Il n’utilisait que le Raiton, donc ne serait pas au centre du volcan, étant donné que le feu le détruirait. La jeune fille ne savait pas trop quoi penser. Mais la solution fut assez dure à trouver. En effet, la jeune fille passa plus d’un mois sur l’île avant de trouver une grotte secrète dans la roche du volcan. Une grotte dans laquelle dormait un énorme chat.
Dès qu’elle était entré, le démon se réveilla et grogna, avant de renifler l’intrus, après l’avoir plaqué contre un mur. Amaya avait mal au dos, mais se laissa faire. Rapidement, le chat la relâcha, en la jetant contre un autre mur. Amy arrêta quelque peu le choc, grâce à son agilité et s’attendait à une autre offensive, mais le chat ne fit que se présenter. Salem, roi des démons, rois des chats, roi des rois. Sur cette dernière chose, Amaya sourit ironiquement. Effectivement, elle étai sûre que Salem était un peu entrain de crâner, mais la réaction du chat effaça rapidement son sourire.
Salem était un énorme chat noir aux yeux mauves aux reflets lui donnant un air brillant. D’une taille énorme qu’il pouvait varier et d’une queue faisant deux fois sa taille. Sa fourrure était douce, mais cela, elle ne pouvait le savoir que par la suite. En effet, même si Amaya ressemblait énormément à son ancêtre, Salem ne voulu pas se laisser faire, mais après un combat qui dura plusieurs jours, il se laissa dompter, malgré le fait que la petite fille avait perdu ce combat. C’est avec respect qu’il s’adressait alors à elle, mais aussi avec une pointe de moquerie. C’est ainsi qu’elle signa le pacte avec lui et qu’il se rendormit, la laissant rentrer seule chez elle.
Une fois rentrée au clan, Kojiro la sermonna pour être partie, sans prévenir, pendant un mois. En effet, il était devenu son père maintenant qu’Ishida était mort. Il en profitait pour vérifier les moindres faits et gestes de la petite fille, mais il l’avait perdue de vue, croyant qu’elle était partie en mission, ce qui n’était que mensonge. Lorsqu’elle ne lui expliqua pas où elle était allée, il comprit rapidement qu’elle recherchait la force et très certainement pour le tuer. Et ceci, très prochainement.

L’hiver approchait, à grand pas. Un hiver qui s’annonçait rude et aride. Suna No Kuni, le pays ddu vent, étant le plus au sud serait certainement le plus touché. En effet, il était réputé qu’à Suna, en hiver, durant des semaines durant, les activités étaient stoppées car le sable atteignait de trop hauts points pour pouvoir passer, car le vent très fort projetait le sable dans tout le village. Un vent monotone, mais qui n’empêcherait pas à la jeune fille, qui allait avoir enfin quinze ans dans à peine trois jours, d’enfin aboutir son plan. Tout était calculé, jusqu’au dernier mouvement. Amaya savait que sa croisade la bannirait de son village, mais quel importance ? Elle avait apprit, depuis peu, que Sora avait quitté le village. Daisuke était mort, Sora était partit et dans un sens, Amy n’avait aucune envie de revoir Mitsuhide. Qu’es-ce que cela lui apporterait ?Ce ne serait qu’un fantôme de plus.
Premier jour. Elle avait commencé à rassembler sa tenue, préparer discrètement ses valises. Sur son visage neutre et froid, personne ne pouvait deviner que bientôt, un massacre se préparerait. C’était impossible que la machine du clans se rebelle. Elle était censée obéir aux ordres, mais dans deux jours, ce serait différent. La jeune femme attendait déjà impatiemment que le sang coule sur ses mains, même si c’était celui de ses congénères : c’était de leur faute si elle était devenue ainsi, si ses proches étaient morts : ils devraient en payer le prix fort. L’après-midi, elle était partie dans le village pour se faire tatouer. Elle s’était fait tatouer un phrase qui, elle espérait, changerait sa vie.
Deuxième jour. Les derniers préparatifs étaient prêts. Aucun imprévu, ni changement à faire. Le chef serait là et elle était prête, prête à agir. C’est tard la nuit qu’elle resta éveillée pour observer la lune et prier pour elle, lui demandant de lui donner force et courage pour enfin pouvoir accomplir sa vengeance.
Troisième jour. Son anniversaire et l’anniversaire de la mort des trois êtres lui étant le plus cher au monde. Amaya était prête. Malgré tout, il lui fallait attendre que la nuit tombe, alors, toute la journée, elle resta calme, sereine, sachant que le soir-même, les traîtres ne seraient plus et elle en deviendrait un pour son village.
Lorsque le soir arriva, Amy revêtit des habits bleu nuit et passa enfin à l’acte. Elle tira croisade dans son clan, tuant tous ceux qui, de près ou de loin, avaient tués ses proches. En tout, elle tua plus de cent personnes. Aucune n’était innocente et elle les tua tous, sans attirer de soupçons. Le clan avait bien plus de membres que ce que l’on pouvait croire et uniquement cent personnes de tués n’était pas une énorme perte.
La jeune femme arriva alors devant ce qui avait été sa maison pendant deux ans : la maison du chef. Elle sourit de plaisir avant d’ouvrir la porte et de retirer ses chaussures. D’un ton ironique elle dit un « papa, je suis rentrée » tout en allant vers le salon où l’attendait son oncle : Kojiro. Il était assis, de manière traditionnelle, l’attendant. Amaya sourit. Son oncle releva la tête en lui adressant la parole, en employant son nouveau prénom : Sacha. Il avait eu vent de la demande de changement de nom qu’elle avait fait au Sunakage, qui l’avait simplement acceptée, sans discussions. N’étant pas idiot, le chef avait rapidement comprit ses intentions.
Malgré ce que l’on peut croire, Kojiro était rongé par la culpabilité, chaque nuit refaisant ce même rêve. Il avait tué Ishida, son frère, pour le pouvoir et avait laissé une fille orpheline. Il avait détruit sa vie, mais d’un côté, il avait atteint son but : il avait crée la machine parfaite à tuer : un être qui recherchera le sang jusqu’à sa mort. Es-ce que c’était pour protéger Amaya de l’hypocrisie des hommes et du monde extérieur comme l’avait fait Ishida ? Ou bien pour le plaisir de voir la mort ? Personne ne le saura, même pas Sacha qui, malgré ses interrogations, trancha sa gorge de son kunai. Elle ne prit pas le temps de savourer ce plaisir, car la cloche sonnait dans le village : elle était une déserteuse, dès cette seconde. Dès lors, elle était aussi le nouveau chef du clan Miyuku, mais elle fit comme si elle ne le savait point.
Tout en sortant du village, en ayant prit soin d’emporter les livres de la bibliothèque des Miyuku et des armes utiles ainsi que ses affaires, elle s’interrogea sur cette soirée. Kojiro ne s’était pas débattu, ayant attendu son destin : celui de mourir.
Après plusieurs mois d’errance, la jeune femme arriva enfin sur le continent et facilement se fit enrôler dans une organisation nommée Jiyova. Rapidement elle sut s’intégrer dans le continent et se créer des informateurs, se forger un nom. Elle était la plus grande femme fatale du continent et une Nuke Nin d’une renommée immense. Personne n’arrivait à sa cheville, mais son chef ne voyait pas cela d’un bon œil. À cause d’une divergence de point de vue, elle disparut de la circulation pour partir, tout proche de son pays…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Miyuku
Chef de Meiun |Deadly Eyes|


Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2009

Fiche du Shinobi
Rang : :
Missions effectuées ::

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 21:56


La toute nouvelle Sacha Miyuku, celle qui était connue partout sur le continent, celle qui avait des informateurs partout, elle avait trouvé l’endroit parfait. En effet, elle avait décidé de mettre en marche une organisation : l’organisation du destin, Meiun. Une organisation entièrement neutre, mais qui tirait les ficelles par derrière, manipulant, escroquant et donnant de fausses informations. Elle était allée près de Kuza. La faune et la flore là-bas étaient si intéressantes pour elle, qu’elle décida d’y construire son repère. Mais avant tout, il faut expliquer comment elle était arrivée à cette décision.
Elle avait fait un étrange rêve, ou plutôt une vision, où entraient en compte les deux déesses des croyance des Miyuku : Urd, le passé et Skuld, le futur. Skuld était une terrible être, semblant enchaînée au sol, sans aucune liberté. Sacha, pourtant, aspirait depuis toujours à la liberté et, elle avait oublié son espoir d’Utopie. Ainsi, elle retrouva ses souvenir d’enfance, se remit à feuilleter tous les livres dérobés aux Miyuku, et se remit à rêver, de l’Utopie parfaite. Ainsi, elle décida de créer son organisation, une organisation dont chaque membre serait libre, si toute fois il restait neutre et ne créerait pas de guerre, en tout cas, pas directement. Leur but serait de libérer les enfants de l’emprise des parents. C’est alors qu’elle partit pour Kuza, l'endroit parfait pour ce dont elle avait besoin.
Ainsi, elle avait enfin réussi. L'endroit était parfait, tout était parfait. Cette forêt, ce rocher. Oui, ça lui avait prit du temps, beaucoup. Trouver le bon endroit et construire le repère. Oui, car elle avait été seule à construire ce repère, utilisant ses techniques de Doton, construisant un énorme rocher à l'ouverture complexe. Elle avait usé de tous ses talents, toute son intelligence pour créer le repère de son organisation: Meiun. Son rêve, enfin réalisé, qui semblait si intouchable, irréalisable. Et pourtant, elle l'avait fait, seule, sans besoin d'aide, aucune. elle avait fait ce dont elle avait rêvé, créant tout par elle-même. Cela avaient été ses pires semaines de sa vie. Oui, ses tatouages l'avaient fait souffrir,.chaque jour, terriblement. Cette douleur, elle l'avait oubliée depuis longtemps. Oui, elle avait oublié ce lourd héritage des Miyuku.
Pendant plusieurs semaines, Sacha a utilisé chaque jour tout son chakra, tombant alors d'épuisement et ayant une atroce douleur dans le dos. Ses tatouages lui demandant le chakra qui leur était dû. mais, elle avait réussi à s'attirer la sympathie des deux poissons-chats qui habitaient dans le lac, près duquel Sacha avait commencé à construire son repère. Ainsi, ils la protégeaient des autres bêtes immenses de la forêt et par la suite, elle devrait leur fournir des repas à volontés: de la chair humaine. Ce n'était pas réellement un problème: des cadavres, il y en avait partout. On n'avait qu'à chercher dans cette étrange forêt, les ninja et villageois morts traînaient partout.
Ainsi, elle avait bâti son repère, dans une sorte de roche que l'on ne pouvait pas briser, car parcourue du chakra de Sacha. Cette immense montagne qui n'avait rien à faire là était alors le repère de Meiun. L'organisation du destin. L'organisation neutre.
Alors enfin, Sacha était assise dans son bureau. elle savait qu'ils allaient venir, bientôt. Le bruit que la plus puissantes femme ninja de ce monde avait ouvert une organisation n'était pas longtemps un secret, surtout que la jeune femme avait bien fait passer l'information à tous ses informateurs. Oui, les criminels devaient déjà être au courant, depuis un bon bout de temps. Ensuite, elle savait que bon nombre de ninja voudraient l'avoir à leur côté pour assouvir un désir personnel. Juste parce qu'elle était puissante et avait énormément de ressource. Après tout, son nom était connu de tous, alors qu'elle n'avait que 16 ans.
Une fois l’organisation créer, elle décida de retrouver Sora, à qui elle n'avait cessé d'envoyer des lettres depuis sa fuite de Suna, et chasser de son côté les symboles et les éléments et créer l’utopie, le monde parfait dont tous rêvent…

~ A suivre dans le RP ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Kijou
Anbu |Jinchuriki de Rokubi|


Messages : 51
Date d'inscription : 28/02/2009

Fiche du Shinobi
Rang : : Anbu |Jinchuriki de Rokubi|
Missions effectuées :: Aucune(s)

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 22:32

» Hum ... je te valide ou pas ? J'hésite, franchement , allez , vu que je suis un gentil petit fondateur , je te valide en tant que Déserteur de rang S.

_________________


» Le coeur à ses raisons que la raison n'a pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narutochikara.forumactif.org
Sacha Miyuku
Chef de Meiun |Deadly Eyes|


Messages : 39
Date d'inscription : 01/03/2009

Fiche du Shinobi
Rang : :
Missions effectuées ::

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 22:34

J'parie que t'as même pas lu ma présentation en entier (espèce de glandeur va!) d'abord alors t'as rien à dire! XDD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Kijou
Anbu |Jinchuriki de Rokubi|


Messages : 51
Date d'inscription : 28/02/2009

Fiche du Shinobi
Rang : : Anbu |Jinchuriki de Rokubi|
Missions effectuées :: Aucune(s)

MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   Dim 8 Mar - 22:37

» Bah quoi ! Au moins j'ai lu quelques passages par-ci , par-là ! XD
Pis, c'pas la peine de mettre dans validé en espérant que je ne puisse pas répondre, hein ... ! Razz

_________________


» Le coeur à ses raisons que la raison n'a pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://narutochikara.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sacha Miyuku, the Deadly Eyes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sacha Miyuku, the Deadly Eyes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les yeux bleus (A pair of blue eyes)
» gaze correction et boggled eyes ?
» un fish eyes 8mm pour 249 euros
» Roller Eyes du JOKER DX.
» NOUVELLES PHOTOS de Sacha en bas de P1 (BJB cochon Elf Doll)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Chikara :: Fiches de Personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: